German FallschirmjagerMonte Cassino 1944 Agrandir

German FallschirmjagerMonte Cassino 1944

Buste German Fallschirmjager WW2

Plus de détails

Young Miniatures YM1844

Disponibilité : Ce produit n'est plus en stock

46,28 €

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 4 points de fidélité. Votre panier totalisera 4 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,80 €.


Fallschirmjäger

 
 
Fallschirmjäger
Fallschirmschützenabzeichen
Fallschirmschützenabzeichen

Période 29 janvier 1936 – 8 mai 1945
Pays Flag of German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Branche Balkenkreuz.svg Luftwaffe
Type Parachutiste
Rôle Troupes aéroportées,
Infanterie d'élite
Surnom Diables verts
Guerres Seconde Guerre mondiale
Commandant historique Kurt Student

Les Fallschirmjäger (Prononciation), de l'allemand Fallschirm (parachute) et Jäger (chasseur ; faisant référence à l'infanterie légère de l'armée prussienne), sont des parachutistes allemands. Les Fallschirmjäger furent les premiers à être déployés pour des opérations aéroportées de grande envergure pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils sont aussi connus sous l’appellation de « diables verts » par les forces alliées contre qui ils ont lutté1. Durant la totalité de la Seconde Guerre mondiale, le commandant des Fallschirmjäger a été Kurt Student.

Histoire[modifier | modifier le code]

Rassemblement de Fallschirmjägerdevant un Junkers Ju 52/3m avant d’embarquer pour la bataille de Leros.
Un Fallschirmjäger avec sa mitrailleuse MG 42 combattant en Union soviétique, 1943.
Des Fallschirmjäger servant la bouche d’un mortier 8 cm Granatwerfer 34.

1920[modifier | modifier le code]

Pendant les deux guerres mondiales, le développement rapide de l'aviation et de la technologie aéronautique a attiré l'attention et l'imagination des planificateurs militaires. L'idée d'insérer un corps de troupes conséquent à l'intérieur du territoire ennemi a d'abord été proposé en France au cours de la Première Guerre mondiale par le commandant de l’US Air Corps, le général de brigade Billy Mitchell2. Toutefois, le Haut Commandement allié a été forcé d'abandonner cette idée car il n’était pas préparé pour une telle entreprise, à la fois au niveau logistique et matériel2. Les premières nations à reconnaître le potentiel des forces aéroportées ont été l'Italie et l'Union soviétique3. L'éventualité de mettre en place une opération aéroportée massive fut réalisable avec le développement du parachute en Italie dans les années 1920, l’une des principales innovations consiste à relier le parachute à l’appareil permettant une ouverture automatique lors du saut3. Cette technique a permis de produire des sauts à plus basse altitude, limitant l'exposition au feu ennemi, en un saut rapide permettant au parachutiste d’atterrir sur une zone de saut plus compacte qu’il n'était jusqu'alors possible avec une ouverture manuelle3.

1930[modifier | modifier le code]

Les Soviétiques ont été les premiers à démontrer les possibilités militaires de l'infanterie aéroportée dans les années 1930 avec une série de manœuvres tenue en 1935 et 19363. Bien que n’ayant pas tout le matériel adéquat (les parachutistes soviétiques ont dû quitter leur lent appareil de transport Tupolev TB-3 par une trappe fixée au toit, puis se sont positionnés le long des ailes pour pouvoir ainsi sauter ensemble), l'exercice a réussi à poster 1 000 parachutistes dans la zone de saut, suivis d'une autre vague de 2 500 parachutistes en plus de l'équipement lourd livré par largage. Les forces ainsi rassemblées ont ensuite procédé à des attaques d'infanterie classiques, avec soutien de mitrailleuses lourdes et éclairage d’artillerie4. Parmi les observateurs étrangers était présent Hermann Göring4.

Impressionné, l’ambitieux Göring s'est personnellement engagé dans la création des troupes aéroportées de la Luftwaffe (l’Armée de l’Air) dans les années 19305. En qualité de Ministre de l'Intérieur, il a ordonné la formation d'une unité de police spécialisée en 1933, la z.b.V. Wecke, consacrée à la protection des responsables du parti Nazi. L'organisation de cette unité a été confiée au Polizeimajor Walther Wecke des Forces de police prussienne, qui avait réuni un détachement spécial de 14 officiers et 400 hommes en son sein en deux jours5. Le 17 juillet, le détachement a été officiellement renommé Landespolizeigruppe Wecke z.b.V., et a été le premier Landespolizeigruppe en Allemagne6. Le 22 décembre 1933, l'unité a été rebaptisée à nouveau, devenant ainsi le Landespolizeigruppe General Göring. L'unité a exercé des fonctions de police classique durant deux années, sous le commandement de l’adjudant ministériel de Göring, Jakoby Friedrich6, mais Göring avait finalement l'intention de produire une unité qui corresponde à la Reichswehr.

Au printemps de 1935 (mars-avril), Göring a transformé la « Landespolizei General Göring » comme unité parachutiste, la consacrant ainsi en tant que premier régiment aéroporté d’Allemagne et lui donne la désignation militaire de « Regiment General Göring » (RGG). Le Régiment est incorporé dans la Luftwaffe nouvellement formée le 1er avril 1935 (après qu’Adolf Hitler introduit la conscription du 16 mars 1935)6. Le 1er octobre de la même année, la formation parachutiste commence à Altengrabow et Göring fait appel à un groupe de volontaires pour la formation parachutiste. Ces volontaires forment alors le noyau du Fallschirmschützen Bataillon (bataillon de soldats parachutistes) et un cadre pour l'avenir des Fallschirmtruppe (troupes aéroportées)6. En janvier 1936, 600 hommes et officiers forment le 1er Bataillon ‘’Jäger’’/ RGG , commandé par Bruno Bräuer, et le 15, des ingénieurs du RGG sont transférés au secteur d'entraînement Döberitz pour aller en formation alors que le reste du régiment est envoyé à Altengrabow7.

La création des troupes aéroportées de l'Allemagne a été officiellement inaugurée le 29 janvier 19368 avec comme ordre du jour l'appel de recrues volontaires pour l'entraînement parachutiste à l'école de parachutisme de Stendal, située 96km à l'ouest de Berlin. L’école des troupes aéroportées de Stendal était réputée comme l'entraînement militaire le plus dur qui soit et une forte camaraderie unissait ces hommes. L'école a été active plusieurs mois après que les premières unités parachutistes furent créées en janvier 1936 et est restée ouverte et active pour le personnel de réserve de la Luftwaffe. Officiers, sous-officiers et soldats de la Luftwaffe devaient non seulement mener à bien six sauts9, mais devaient également être capables de combattre seuls ou en petit groupe et faire preuve d'une très grande ténacité afin de recevoir le prestigieux brevet parachutiste allemand (institué le 5 novembre 1936)8. Précisons enfin que l’infanterie aéroportée d’élite desFallschirmjäger ne doit pas être confondue avec les soldats d'infanterie des Divisions de campagne de la Luftwaffe formées au début de la guerre d'excédent de personnel de la Luftwaffe et qui n'étaient pas parachutistes.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Fallschirmjäger prêts à embarquer pour le « saut de l'ange » des parachutistes allemands.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'Armée de l'Air allemande (Luftwaffe) a formé des unités d’infanterie aéroportée d’élite (Fallschirmjäger). Contrairement au Royaume-Uni, au Commonwealthbritannique et aux États-Unis, les parachutistes allemands faisaient partie de la Luftwaffe (Armée de l'Air) plutôt que de la Heer (Armée de Terre) car la Luftwaffe avait présenté un projet élitiste plus ambitieux. À partir d'un petit nombre de bataillons de Fallschirmjäger au début de la guerre, la Luftwaffe a mis en place une division constituée de trois régiments de Fallschirmjäger avec armes de soutien et moyens aériens, connu sous le nom de 7. Flieger-Division (7e division aérienne).

Le 9 avril 1940, lors de l’attaque du Danemark, les unités de Fallschirmjäger ont effectué la première opération aéroportée de l’histoire. Dans les premières heures du matin de l’opération Weserübung, ils ont attaqué et pris le contrôle de la base aérienne d'Aalborg qui a joué un rôle-clé pour sa qualité de station de ravitaillement pour la Luftwaffe lors de l'invasion subséquente de la Norvège. Dans le même assaut, les ponts autour d’Aalborg ont été pris. D'autres attaques aériennes au cours de la bataille du Danemark ont également été menées, dont une sur un fort de l'île de Masnedø.

La première confrontation s'est produite au cours de la campagne de Norvège, lors de l'invasion initiale, lorsque les Fallschirmjäger ont capturé la base aérienne de Sola, près de Stavanger. LesFallschirmjäger ont aussi connu leur première défaite, largués sur le village en jonction du chemin de fer de Dombås le 14 avril 1940, il durent combattre seuls et en terrain inconnu les Forces armées norvégiennes quatre fois plus nombreuses dans ce secteur pendant une bataille qui dura cinq jours10. Plus tard, les Fallschirmjäger de la 7e division aérienne ont été réorganisés et utilisés comme base de nouvelles divisions parachutistes d’infanterie d’élite de la Luftwaffe, numérotées dans une série en commençant par Première Division Fallschirmjäger. Ces formations ont été organisées et équipées comme divisions d’infanterie motorisée, et ont souvent joué le rôle d’une brigade de « pompiers du Reich » (une manière imagée de dire : ceux qui interviennent pour faire taire le feu ennemi, là où ça chauffe très fort) sur le front occidental. Ils sont souvent rencontrés sur le champ de bataille comme groupes de combat (Kampfgruppen) détachés d'une division ou organisés en nombre d'actifs disponibles. Conformément à la pratique allemande devenue standard, les brigades parachutistes ont été appelées par le nom de leur commandant, comme par exemple : Groupe Erdmann en France et la Fallschirmjäger-Brigade Ramcke en Afrique du Nord.

Pendant la seconde moitié de la Seconde Guerre mondiale, les Fallschirmjäger n’étaient plus véritablement engagés dans des opérations aéroportées car ils étaient davantage utilisés dans le seul rôle d’infanterie d’élite en raison de la réalité de la situation stratégique, ils conservaient cependant à titre honorifique leur spécificité de troupes aéroportées. Vers la fin de la guerre, les divisions de Fallschirmjäger étaient environ plus d'une douzaine, comprenant un nombre important de nouvelles recrues entraînant une diminution de la qualité des unités. À compter de février 1945, ils reçurent des uniformes camouflés de type Leibermuster. Parmi ces divisions, la 9e division parachutiste, qui était la dernière division de parachutistes à être levée en Allemagne au cours de la Seconde Guerre mondiale. La division a été détruite aux dernières heures de la guerre au cours de la bataille de Berlin en avril 1945.

Les Fallschirmjäger ont reçu un total de 134 Croix de chevalier de la croix de fer entre les années 1940-1945. Vingt-quatre Croix de chevalier de la croix de fer ont été attribuées à l'ouest et Vingt-sept ont été attribuées après la Crète. Sur les 134 Croix de chevalier de la croix de fer, quinze étaient avec feuilles de chêne, cinq avec feuilles de chêne et épées, les autres avec feuilles de chêne, glaives et brillants.

  • Echelle 1/10
  • Matériau Résine
  • Période 1939-1945/WW2
  • Artistes Master & Painted by Young B Song
  • Nation German